Retour aux actualités

2018 (16)

2017 (10)

2016 (26)

2015 (25)

2014 (4)

La prévention du cancer du col de l’utérus

publié le : 17 mai 2016

Le cancer du col de l’utérus est le second cancer le plus fréquent chez la femme dans le monde. Il survient exclusivement après l’infection par des virus appartenant à la famille des papillomavirus. Sa prévention repose sur la vaccination et sur la réalisation de frottis de dépistage.
L’agent causal : les papillomavirus humains (HPV)
Le cancer du col de l’utérus est le premier à être reconnu par l’OMS comme étant attribuable à 100% à une infection virale.
Il existe plus de 160 génotypes de HPV, dont 40 infectent la sphère anogénitale (HPV génitaux). Une vingtaine de ces HPV génitaux peuvent être à l’origine du cancer du col de l’utérus, parmi lesquels deux – les HPV 16 et 18 – sont responsables de 70 % des cas de cancer du col de l’utérus.
L’infection par les HPV génitaux est très fréquente, la transmission du virus se fait par contact cutanéo-muqueux. Cette infection est inapparente et en règle générale transitoire, les virus s’éliminant naturellement en un à deux ans. C’est la persistance d’une infection par les HPV oncogènes qui est responsable du développement d’une lésion précancéreuse qui peut évoluer vers un cancer invasif du col en cinq à dix ans.
La présence d’une infection persistante à HPV à « haut-risque » est un facteur nécessaire mais pas suffisant pour la survenue d’un cancer du col de l’utérus.
La prévention :
La vaccination :
  • La vaccination contre les papillomavirus est recommandée chez les filles entre 11 et 14 ans, avec deux doses (il est nécessaire de vacciner les jeunes filles avant qu’elles ne soient infectées).
  • Le vaccin contre les HPV est un vaccin préventif : il n’a aucune efficacité sur une infection en cours.
  • Le vaccin contre les HPV ne protège pas de tous les cancers du col ni de toutes les lésions précancéreuses. Il est donc indispensable qu’un dépistage par frottis soit proposé régulièrement à toutes les femmes à partir de 25 ans même quand elles ont été vaccinées.
Le dépistage par frottis :
La Haute Autorité de santé (HAS) recommande de réaliser un frottis cervical tous les trois ans chez les femmes de 25 à 65 ans, après deux frottis consécutifs sans anomalie à un an d’intervalle (vaccinées ou non).

Pour en savoir plus :

Site de l’INCa (Institut National du Cancer)

Site de l’institut Pasteur

Téléchargez les brochures de l’INPES : Prévention HPV / Vaccination HPV

 

V. Broutin