Retour aux actualités

2018 (15)

2017 (10)

2016 (26)

2015 (25)

2014 (4)

Maladie de Lyme : attention aux tiques!

publié le : 14 juin 2016

La transmission de la maladie de Lyme à l’homme est maximale entre le début du printemps et la fin de l’automne, période d’activité maximale des tiques. le diagnostic de cette maladie, transmise à l’homme uniquement par piqûre de tique, peut parfois être difficile.

La maladie de Lyme (ou borréliose de Lyme) est une infection causée par une bactérie du genre Borrelia transportée par une tique. L’homme peut s’infecter à l’occasion d’une piqûre de tique et il s’agit là de l’unique mode de transmission de la bactérie à l’homme. En outre, toutes les tiques ne sont pas porteuses de la bactérie.

La tique est un acarien qui vit dans les bois et buissons humides et peut aussi se rencontrer dans des prairies, jardins, parcs…Certaines professions sont plus exposées à la maladie, mais celle ci peut être contractée lors d’une simple promenade ou d’une randonnée. Son incidence annuelle en Languedoc Roussillon est estimée à une quarantaine de cas (réseau sentinelles 2009-2011).

Au niveau clinique, la lésion très évocatrice de la maladie de Lyme est appelée « érythème chronique migrant », mais elle est inconstante. Il s’agit d’une éruption rouge, inflammatoire, débutant trois à trente jours après la piqûre, centrée au point de piqûre. Elle s’étend ensuite et peut s’associer à de la fièvre, puis disparaître spontanément en quelques semaines.
Si l’érythème chronique migrant passe inaperçu ou n’existe pas, il peut apparaître alors quelques semaines à quelques mois plus tard une phase secondaire de la maladie caractérisée par plusieurs manifestations isolées ou associées : manifestations articulaires, cutanées, cardiaques, neurologiques, générales (à type de fatigue chronique).
Des mois à des années après l’infection peuvent apparaître des manifestations tertiaires, de type articulaire, cutané, neurologique, musculaire, ou cardiaque.
L’évolution est très favorable lorsque la maladie est diagnostiquée et traitée précocement. En l’absence de traitement, l’évolution vers la phase secondaire n’est pas systématique, mais aggrave le pronostic.

 

En prévention :

  • Avant une activité en nature : se couvrir les membres avec des vêtements longs
  • Après une activité en nature : inspecter soigneusement son corps
  • Après une piqûre de tique : surveiller la zone piquée pendant un mois et l’apparition de l’érythème chronique migrant et consulter un médecin si une plaque rouge et ronde s’étend en cercle à partir de la zone de piqûre

 

Pour en savoir plus :

Télécharger le dépliant de l'agence nationale de santé publique

Aller sur le site de l’ARS Languedoc Roussillon Midi Pyrénées

Aller sur le site de l’INVS

Aller sur le site du Ministère des Affaire sociales et de la Santé

 

V. Broutin