Retour aux actualités

2019 (4)

2018 (16)

2017 (10)

2016 (26)

2015 (25)

2014 (4)

La dénutrition

publié le : 28 janvier 2019

LA DENUTRITION

Avec le vieillissement de la population, le diagnostic de la dénutrition est un enjeu
majeur de la santé publique.

Elle touche :
de 4 à 6 % des personnes âgées autonomes
de 25 à 30 % des personnes âgées avec aide à domicile
de 15 à 38 % des personnes âgées vivant en institution (maison de retraite)
et de 50 à 60 % des personnes âgées hospitalisées selon l’HAS.

La dénutrition encore appelée malnutrition protéino-énergétique, résulte d’apport déficient
par rapport au besoins de l’ organisme ; elle peut être primaire par carence d’apport ou
secondaire par un catabolisme augmenté lors de maladies sévères (infections, après
chirurgie lourde), ou de maladies chroniques (insuffisances rénale, respiratoire…).

Elle favorise la morbi-mortalité chez le sujet âgés, entrainant une perte d’autonomie avec la
survenue d’infections nosocomiales, iatrogénicité (dégradation de l’ état de santé général),
des troubles trophiques (par perte tissulaire) atrophie musculaire, escarres,
accidents traumatiques avec chutes, ostéosporose, elle augmente les durées d’ hospitalisation.

Le diagnostic précoce, liés à des facteurs de risque, permettra une prise en charge rapide et
surveillée de la renutrition.

Les facteurs de risques de la dénutrition, chez la personne âgés :
modification du cadre de vie, isolement social, entrée en institution
troubles bucco-dentaires, difficultés à la mastication et la déglutition
traitements médicamenteux aux long cours avec régimes restrictif (sans sel)
troubles psychologiques (anorexie et autres)

Le diagnostic de la dénutrition repose sur les critères suivants (Haute Autorité de Santé) :
– la perte de poids (surveillance mensuelle chez le sujet sein , mensuelle en institution ou
en cas de pathologie chronique)
-l’indice de masse corporelle, IMC = poids kg / taille (m2)
– dosage de l’ albumine dans le sang, qui représente 60 % des protéines du sang
– MNA (Nutritionnal Assessment) questionnaire portant sur l ‘alimentation
l’appétit, le mode de vie, et la dépendance.

DENUTRITION / DENUTRITION SEVERE :

perte de poids supérieure à 5% en 1 mois /+ perte de poids supérieure à 10% en 1 mois
ou supérieure à 10 % en 6 mois / ou supérieure à 15% en mois
IMC inférieur à 21 / + IMC inférieur à 18
Albuminémie inferieure à 35 g/l / + albuminémie inférieure à 30 g/l
MNA inférieur à 17

après la prise en charge du patient, le suivi de la renutrition sera basé sur un contrôle
du poids une fois par semaine, une évaluation des apports alimentaires, et du dosage de la
préalbumine pour suivre l’efficacité du traitement.